Comment se comporter lors d'une expertise médicale ?
17751
post-template-default,single,single-post,postid-17751,single-format-standard,bridge-core-2.5.9,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-24.4,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-5,elementor-page elementor-page-17751
Comment se comporter lors d'une expertise médicale

Comment se comporter lors d’une expertise médicale ?

Comment se comporter lors d'une expertise médicale ? – Cabinet d’Expertises Médicales Dr Dubois - Tours & Angers

Comment se comporter lors d'une expertise médicale

Lors d’une expertise médicale, pour la victime d’un accident corporel ou d’une incapacité ou invalidité par maladie, l’objectif est d’obtenir une reconnaissance de ses droits et par la suite une indemnisation de ses préjudices. Afin de faire valoir ses droits en tant que victime, voici comment se comporter lors d’une expertise médicale.

Comment se comporter avant l’expertise médicale ?

La réussite d’une expertise médicale doit permettre d’aboutir à une indemnisation équitable des préjudices corporels de la victime. Cette étape doit impérativement être préparée avec l’assistance du médecin expert en dommage corporel Dr Dubois.

En étant la principale concernée, la victime doit être disponible pour un examen médical, répondre à toutes les questions qui relève parfois de l’intimité ou psychologiquement déstabilisantes notamment si la victime se trouve seule pendant l’expertise médicale. Une victime qui ignore le processus d’expertise devient alors vulnérable face aux questions pertinentes du médecin de l’assureur. Cela pourrait influer ses réponses d’où des conséquences négatives sur son indemnisation voire son avenir.

Le Dr Dubois, médecin assistant la victime ou le malade, joue le rôle du facilitateur tout au long de la procédure en :

Bien connaître ses droits en tant que victime

Rester curieux et bien s’informer sur ses droits pour ne pas être désemparé par ses interlocuteurs ou par l’assureur. Une bonne connaissance même élémentaire de la procédure d’indemnisation du préjudice corporel est essentielle pour mieux se défendre lors des débats d’expertise. La bonne indemnisation est interdépendante de certains facteurs :

    • la bonne compréhension des étapes d’indemnisation,
    • la capacité à déchiffrer les étapes d’indemnisation,
    • la familiarisation avec les termes juridiques et médicaux,
    • la connaissance au préalable du déroulement de l’expertise médicale,
    • la bonne relecture de son contrat d’assurance pour connaître ses droits et les différentes garanties…

Voici quelques termes qui pourraient revenir maintes fois et dont la victime doit connaître la signification afin de pouvoir faire valoir ses droits:

    • consolidation médico-légale, qui est différente de la consolidation osseuse, voire de la consolidation situationnelle,
    • déficit fonctionnel (partiel ou total, temporaire ou permanent),
    • indemnisation du préjudice professionnel,
    • incapacité partielle ou permanente,
    • indemnisation des souffrances endurées ou pretium doloris

Vigilance vis-à-vis de l’assureur

La victime doit rester vigilante vis-à-vis de l’assureur par rapport à la démarche à suivre après un accident corporel. L’assureur (de la victime ou celui du côté adverse) ne voit pas l’intérêt pour la victime qu’elle se fasse assister d’un  médecin conseil choisi par elle-même lors de l’expertise médicale. L’assureur se conforme naturellement aux exigences de délais fixés par la loi Badinter qui lui impose de proposer à la victime une offre d’indemnisation et la mise en place d’une expertise médicale dans un certain délai.

L’assureur peut proposer un médecin en assistance, payé par la compagnie d’assurance, mais évoque rarement la nécessité de l’assistance d’un médecin-conseil indépendant lors l’expertise médicale à venir, même si les médecins conseils sont censés être tous indépendants.

La victime doit toujours se rappeler quels sont les intérêts financiers des compagnies d’assurance. La victime a intérêt à connaître la nature de la mission de chaque intervenant, et par qui elle est rémunérée.

Rester acteur de l’évaluation de ses préjudices

Quelques comportements à adopter par la victime en tant que principal acteur de son dossier d’indemnisation :

    • adresser à l’expert, avant l’expertise, l’ensemble des pièces médicales du dossier, pour bien préparer les opérations expertales
    • poser des questions à propos des points de la mission, et des questions posées à l’expert par le mandant
    • poser des questions à propos des sujets qui semblent obscurs avant le dépôt du rapport d’expertise. Cela aide à comprendre les termes des conclusions des médecins experts ou la demande faite à propos de l’indemnisation du dommage corporel,
    • demander au médecin conseil indépendant son avis sur les sommes proposées par la compagnie d’assurance dans son offre d’indemnisation

Bien choisir son médecin expert en charge de l’expertise médicale

Dans un contexte d’indemnisation de la victime de dommage corporel, de nombreux intervenants tentent de solliciter la victime. Certains intervenants ont d’autres intérêts que celui d’accompagner une victime. Cette dernière ferait mieux d’être particulièrement vigilante.

Le Dr Dubois, médecin expert, réalise tous types d’expertises :

Pas encore de commentaires

Poster un commentaire