Barème des accidents de travail en matière sociale
17506
page-template-default,page,page-id-17506,bridge-core-2.5.9,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-24.4,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-5,elementor-page elementor-page-17506

Barème des accidents de travail en matière sociale – Cabinet d’Expertises Médicales Dr Dubois - Tours & Angers

Expertises médicales après accident de travail ou maladie professionnelle

Dans le cadre des accidents de travail, le taux d’incapacité permanente est défini par le Barème indicatif d’invalidité en Accidents de Travail. Le rôle du cabinet d’expertise du Dr Dubois consiste dans ce cas à évaluer de manière indépendante le taux d’incapacité de la victime

Comme le présent barème n’est publié qu’à titre indicatif, le médecin expert se réserve l’entière liberté d’aller au-delà des chiffres du barème s’il rencontre des cas particuliers. Cependant il doit alors exposer clairement les motifs de sa décision.

Objectif du barème des accidents de travail

Le présent barème indicatif sert de base à l’estimation du préjudice résultant des séquelles des accidents de travail ou des maladies professionnelles des salariés du régime général et du régime agricole tel que décrit par l’article L. 434-2. Selon cet article, l’incapacité permanente est définie d’après :

1.- L’appréciation médicale de l’état du sujet:

2.- L’appréciation médico-sociale du médecin en charge de l’évaluation

Au cas où les séquelles de l’accident ou la maladie professionnelle sont susceptibles de modifier la situation professionnelle de la victime, un changement d’emploi par exemple, le médecin expert doit mettre en exergue les facteurs susceptibles d’influer l’évaluation finale.

Rapport entre les lésions et séquelles

A noter que les séquelles d’un accident de travail ne se rapportent pas nécessairement à l’importance des lésions initiales. Celles-ci peuvent être minimes au départ mais pourraient causer des séquelles importantes. A l’inverse, les lésions graves peuvent ne laisser que des séquelles infimes voire finir par guérir.

La consolidation

Après la période de soins, la consolidation reste la période de stabilisation finale à partir de laquelle la lésion prend un caractère définitif et que les soins ne sont susceptibles d’entraîner de modification de l’état séquellaire ; ils ne sont alors plus nécessaires sauf pour des traitements d’entretien. A partir de la consolidation, il est possible d’apprécier l’incapacité permanente après l’accident de travail s’il n’y a plus de rechute ou de révisions.

La consolidation ne veut pas nécessairement signifier reprise d’activité professionnelle, les séquelles peuvent l’empêcher ou dans d’autres cas, la reprise de la vie professionnelle se fait parallèlement à la poursuite des soins pendant un temps suffisamment long jusqu’à ce que les séquelles soient fixées, d’où la confirmation de la consolidation. La reprise du travail peut se faire sur un poste adapté et/ou à temps définitivement partiel.

Disposition en cas de guérison

D’après l’article L.433-1 de la Sécurité sociale, le maintien de l’indemnité journalière est autorisé en cas de reprise d’un travail léger qui favorise la consolidation voire la guérison des blessures. Par contre, dans le cas de la guérison avec absence de séquelle fonctionnelle, il n’y aura pas d’incapacité permanente. S’il constate que la guérison est acquise, le médecin expert ne peut plus proposer un taux médical d’incapacité permanente.

Il est toutefois envisageable qu’à la suite d’un accident de travail ou d’une maladie d’origine professionnelle, un changement de profession soit inévitable. Cela permet de :

Calcul du taux médical d’incapacité

Le médecin en charge de l’évaluation explique en détail dans ses conclusions les raisons qui conduisent à ce changement de profession, entre autres :

Les séquelles dues aux lésions isolées

C’est à partir du taux moyen proposé par le barème des accidents de travail que ces séquelles sont appréciées. Le barème sera adapté en fonction de l’état général de la victime, de son âge, ainsi que de ses facultés physiques et mentales.

Les infirmités multiples dues au même accident

Les infirmités multiples concernent les membres ou des organes différents. Au cas où les lésions localisées sur des membres différents se portent sur une même fonction, les taux estimés doivent s’additionner sauf pour des cas précis figurant dans le barème. 

Pour des infirmités multiples qui ne portent pas sur une même fonction, l’une des incapacités doit être estimée en premier. Le taux de la capacité totale sera fixé à 100, ce qui permet d’évaluer la capacité restante.
Si le barème ne prévoit aucun cas particulier, l’infirmité suivante sera estimée elle-même avant d’être rapportée à la capacité restante. Ainsi, on obtient le taux qui correspond à la deuxième séquelle. Suivant ce calcul, la somme des deux taux donne l’incapacité globale. Cette dernière restera identique, même si la prise en compte des infirmités ne respecte pas l’ordre. A titre d’exemple :

S’il y a une troisième lésion, elle devra s’apprécier à partir de la capacité restante de 32%. Ce mode de calcul de l’incapacité globale causée par de multiples lésions reste indicatif. Le médecin expert en charge de l’évaluation se réserve le droit de la modifier, il peut opter pour un autre mode de calcul en y apportant des raisons de son choix.

Cette règle des incapacités multiples est appelée « règle de Balthazar ».

Les infirmités antérieures

L’évaluation médicale de l’incapacité doit distinguer la partie de l’état antérieur de ce qui est relatif à l’accident. Seules les séquelles imputables à l’accident sont en principe indemnisables. Cela n’empêche pas d’autres actions réciproques nécessitant une considération particulière :