Comment rédiger une lettre de doléances ? - Expertises Medicales
17762
post-template-default,single,single-post,postid-17762,single-format-standard,bridge-core-2.5.9,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-24.4,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.2,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-5,elementor-page elementor-page-17762
Comment rédiger une lettre de doléances ?

Comment rédiger une lettre de doléances ?

Comment rédiger une lettre de doléances ? – Cabinet d’Expertises Médicales Dr Dubois - Tours & Angers

Comment rédiger une lettre de doléances ?

Rédiger une lettre de doléances c’est décrire les préjudices résultant d’un accident corporel et leurs conséquences dans le quotidien d’un patient.

Le médecin expert demandera à la victime de présenter une lettre de doléances le jour de l’expertise après avoir fait un rappel des faits et de l’historique médicale de la victime. Cette étape est réalisée en discutant avec la victime et avec l’appui des pièces communiquées suivant un ordre chronologique.

Bien décrire ses doléances

La rédaction des doléances par écrit permet à la victime de décrire de manière précise les changements engendrés par le handicap ou la maladie. La description orale des faits peut être difficile pour la victime le jour de la réunion d’expertise.

Dans sa lettre de doléances, la victime raconte comment elle a vécu sa vie et son quotidien après l’accident, raconte ses souffrances physiques et morales, ses inquiétudes, son avenir… Elle doit aborder de manière exhaustive tous les détails de sa vie affectés par l’accident corporel et mettre en évidence les conséquences dans :

    • sa vie personnelle (perte de possibilités de gestes et actes de la vie quotidienne…),
    • sa vie culturelle, sportive et relationnelle (perte de possibilités de loisirs ou de faire du sport…),
    • sa vie professionnelle (gêne ou impossibilité à poursuivre son travail…),
    • sa vie familiale (impossibilité de réaliser un projet de famille, changement de relation…),
    • sa vie sexuelle (difficulté ou impossibilité d’avoir une vie sexuelle normale).

En cas d’expertise engageant une responsabilité médicale, la lettre de doléance décrit en détail les reproches formulés contre les intervenants.

Donner du poids à ses doléances

Afin d’appuyer ce qui est dit dans la lettre de doléances, les proches de la victime peut rédiger des attestations dans lesquelles ils décrivent l’aide qu’ils ont apporté, par exemple, dans le cas d’une perte d’autonomie temporaire ou permanente de la victime. Dans ce cas, l’aide doit être évalué en nombre d’heures par jour ou par semaine. Une photocopie de la pièce d’identité du déclarant accompagne de préférence ces attestations.

Il est également possible de remplir le formulaire « Qualité de vie » accompagné d’une copie des pièces d’identité si les proches éprouvent de difficulté à décrire les préjudices et structurer leurs attestations.

Dans le cas d’une expertise en responsabilité médicale, les déclarations des proches peuvent être intéressantes notamment s’ils ont été témoins directs de certains actes ou propos du personnel médical.

Voici un exemple de lettre de doléances

Doléances de Melle/Mme/Mr ……….   suite à mon accident du  (Date de l’accident)

SUR LE PLAN MÉDICAL :

Vie de tous les jours :

    • Je suis devenu facilement irritable et ai perdu ma joie de vivre. J’éprouve une difficulté à avoir une vie sociable.
    • Je ne suis plus autonome à faire seul les courses (port de pack de marchandises un peu lourd, un panier de légumes par exemple …)
    • Je me trouve dans l’obligation de demander toujours de l’aide (petit entretien de jardin, faire le nettoyage de maison…)

 

Troubles physiques et psychiques :

Suivi auprès d’un psy (exiger un certificat et apporter toutes les ordonnances), troubles du sommeil…

Répercussions dans mon travail :

    • Aménagement de poste
    • Pas de charge lourde (joindre le document de la médecine du travail)

Aides humaines :

Lister et chiffrer toutes les aides humaines et techniques (appareillages divers) qui ont été nécessaires : aides pour la toilette, l’habillage, pour faire les courses, préparer les repas, entretenir le linge et la maison, s’occuper des enfants, les transports, l’entretien du jardin, etc. Ça peut être une aide rémunérée (joindre les factures) ou bien la famille : dans tous les cas il convient de préciser combien d’heures par jour, par semaine, par mois, et le total.

SOUFFRANCE MORALE :

    • Je me sens affaibli, ne peux plus soulever de poids,
    • je ne peux plus vivre ma vie comme avant (faire du sport, de la randonnée…),
    • J’ai honte de porter des vêtements aux manches courtes ou me mettre en short (à cause des cicatrices),
    • Je ne peux plus réaliser mes projets de famille,
    • J’ai une difficulté à vivre ma vie intime comme avant,
    • Je m’inquiète beaucoup de savoir si cet accident aura une répercussion sur la possibilité d’avoir un enfant…
Pas encore de commentaires

Poster un commentaire